Démarches jubilaires

En quoi consiste le pèlerinage à la « porte de la miséricorde » ? 

Dans chaque diocèse de Belgique, des « portes de la miséricorde » sont ouvertes dans les basiliques et les sanctuaires. Franchir cette porte physique, c’est signifier qu’on veut ouvrir la porte de son coeur à la miséricorde de Dieu.

http://www.egliseinfo.be/portes-saintes/

DSC06941
Porte Sainte de la cathédrale de Liège, ouverte le 13 décembre 2015.

« Le pèlerinage est un signe particulier de l’Année Sainte : il est l’image du chemin que chacun parcourt au long de son existence, dit François, […] Pour passer la Porte Sainte à Rome, et en tous lieux, chacun devra, selon ses forces, faire un pèlerinage. Ce sera le signe que la miséricorde est un but à atteindre, qui demande engagement et sacrifice. Que le pèlerinage stimule notre conversion : en passant la Porte Sainte, nous nous laisserons embrasser par la miséricorde de Dieu, et nous nous engagerons à être miséricordieux avec les autres comme le Père l’est avec nous. » (bulle d’indiction, § 14)

Avant de franchir la porte : S’y préparer en recevant le sacrement de réconciliation et l’eucharistie.

En franchissant la porte : Réciter le Magnificat. « Son chant de louange, au seuil de la maison d’Elisabeth, écrit François, fut consacré à la miséricorde qui s’étend « d’âge en âge » (Lc 1, 50). Nous étions nous aussi présents dans ces paroles prophétiques de la Vierge Marie, et ce sera pour nous un réconfort et un soutien lorsque nous franchirons la Porte Sainte pour goûter les fruits de la miséricorde divine » (bulle d’indiction, § 24).

Une fois la porte franchie : 

Comment recevoir l’indulgence jubilaire ?

Pour vivre et obtenir l’indulgence, les fidèles auront entrepris une des démarches suivantes :

— Effectuer un pèlerinage vers la Porte Sainte d’une cathédrale ou la Porte de la Miséricorde d’une église jubilaire désignée par l’évêque.

— Accomplir des œuvres de miséricorde. « Chaque fois qu’un fidèle vivra l’une ou plusieurs de ces œuvres en première personne, il obtiendra certainement l’indulgence jubilaire. D’où l’engagement à vivre de la miséricorde pour obtenir la grâce du pardon complet et total en vertu de la force de l’amour du Père qui n’exclut personne. Il s’agira donc d’une indulgence jubilaire plénière, fruit de l’événement lui-même qui est célébré et vécu avec foi, espérance et charité. » (lettre)

François a également pensé à certaines catégories de personnes : les personnes malades et âgées, les prisonniers, les religieux cloîtrés, les défunts.

— « Malades et les personnes âgées et seules, que leurs conditions empêchent souvent de sortir de chez eux. Pour ces personnes, il sera d’une grande aide de vivre la maladie et la souffrance comme expérience de proximité au Seigneur qui, dans le mystère de sa passion, mort et résurrection, indique la voie maîtresse pour donner un sens à la douleur et à la solitude. Vivre avec foi et espérance joyeuse ce moment d’épreuve, en recevant la communion ou en participant à la Messe et à la prière communautaire, également à travers les divers moyens de communication, sera pour elles la façon d’obtenir l’indulgence jubilaire. » (lettre)

— « Dans les chapelles des prisons, elles pourront obtenir l’indulgence et, chaque fois qu’elles passeront par la porte de leur cellule, en adressant leur pensée et leur prière au Père, puisse ce geste signifier pour elles le passage de la Porte Sainte, car la miséricorde de Dieu, capable de transformer les cœurs, est également en mesure de transformer les barreaux en expérience de liberté. » (lettre)

— Les religieux et religieuses qui ne pourront pas se rendre à la Porte Sainte pour recevoir l’indulgence « à travers une visite à la chapelle de leur propre monastère, associée à une la profession de foi avec une prière pour les intentions du Saint-Père et aux conditions habituelles de confession sacramentelle et la Sainte Communion » (L’indulgence pour les contemplatifs).

— « L’indulgence jubilaire peut être obtenue également pour les défunts. Nous sommes liés à eux par le témoignage de foi et de charité qu’ils nous ont laissé. De même que nous les rappelons dans la célébration eucharistique, ainsi, nous pouvons, dans le grand mystère de la communion des Saints, prier pour eux afin que le visage miséricordieux du Père les libère de tout résidu de faute et puisse les accueillir dans ses bras, dans la béatitude qui n’a pas de fin. »(lettre)

http://www.egliseinfo.be/portes-saintes/